Pas d’âge pour la Spartan !

Pas d’âge pour la Spartan !

A 68 ans, Gérard a déjà quatre Spartan Race à son actif, et il ne compte pas s’arrêter là. Suite à sa première Sprint en juin 2017 sur la course de Paris, il n’a pas hésité à renouveler l’expérience à peine un mois plus tard à Morzine, puis à Atlantique et au Circuit Paul Ricard où il a dompté la Super.

Peu sportif dans sa jeunesse, Gérard qaui est médecin de profession a pris conscience il y a quelques mois de l’importance de l’activité physique : « Même après 65 ans il est possible de faire du sport. La meilleure façon de lutter contre la vieillesse, c’est de sortir de sa zone de confort. » Un principe qu’il essaie de communiquer à ses patients, mais qu’il s’inculque surtout à lui-même : « Je fais en moyenne 12h de sport par semaine, j’alterne entre des stages de survie, de la course à pied, du cross-fit et de la musculation. »

D’ailleurs c’est son coach d’entraînement à la survie, habitué des Spartan Race, qui lui a donné envie d’essayer. Amoureux des sensations fortes, Gérard a fait du saut en parachute pendant près de 30 ans et pratique depuis quelques temps le Toumo (ou « yoga de la chaleur intérieure ») discipline qui consiste à repousser les limites de résistance au froid. De quoi mettre en condition pour la Spartan !

C’est toujours avec le cœur léger et sans aucune appréhension que Gérard affronte les obstacles : « Pour le moment j’ai couru avant tout pour moi, mon seul objectif était d’aller au bout, c’est ce qui est le plus valorisant à mes yeux. Le chrono ça m’était égal jusque-là, mais pour l’année à venir j’ai l’intention de me préparer davantage et de ne plus y aller en touriste » dit-il en rigolant.

Extrêmement motivé, le vétéran se fixe un objectif de 4 Spartan Race par an afin de se perfectionner : « Il y a des obstacles que je n’ai pas pu faire sur mes dernières courses, le bucket carry à Morzine par exemple. Mais je vais remédier à ça. » Et grâce aux entraînements de son coach SGX Juny Fromont, Gérard compte bien continuer l’aventure Spartan Race pendant plusieurs années encore.
Une excellente nouvelle pour les autres coureurs mais aussi pour le public, qui s’enthousiasment de le retrouver à chaque course. AROO !